Bien démarrer son allaitement

Quand j’attendais Maxence, je ne me posais pas de question concernant la façon dont j’allais le nourrir : l’allaitement maternel s’imposait à nous sans aucune ombre au tableau.

Mais voilà, avec le temps et le nombre d’enfants, ce n’est pas toujours aussi évident. Entre les aléas et les enfants en bas âge qui ne sont pas toujours patients, la culpabilité de la maman qui veut donner autant de temps à chacun de ses bambins et les diktats de notre société moderne et stressante, l’allaitement devient un vrai combat du quotidien à mener.

La première chose que j’ai retenue de mes quatre allaitements, c’est que rien n’est ancré mais qu’avec de l’aide tout peut s’arranger en très peu de temps. J’ai vécu une situation où tout se passait bien, mais lors d’un pic de croissance tout a changé. A contrario, l’un de mes enfants tétant mal, j’ai abandonné l’allaitement au bout de 15 jours. Pour l’un d’entre eux, qui n’a jamais voulu de biberon, l’allaitement était exclusif. Et enfin pour le dernier, il a été difficile à mettre en place mais avec un entourage très présent, nous avons réussi à ne pas abandonner au premier obstacle.

 

Le conseil de base : ne pas rester seul !

 

Dès la naissance il est recommandé de mettre bébé en peau à peau autant que possible pour créer une connexion et un lien qui va permettre une lactation qui colle parfaitement aux besoins de notre enfant. Mais aussi de lui présenter le sein à la demande. Ca c’est dans l’idéal, mais hélas ce n’est pas toujours aussi évident. C’est dans c’est moments là qu’il fait être bien entouré :

  • Un compagnon prévenant et présent évidemment 😉
  • Des parents ou grands parents qui gardent les plus grands, nous aident dans le quotidien, et qui nous permettent de rester centrée sur les besoins de notre nourrisson.
  • Un ostéopathe qui sait manipuler les bébés dans le cas où ils placent mal leur langue, ont du mal à tourner la tête d’un côté ou de l’autre, ont vécu un accouchement difficile qui les ont fatigués, une aspiration des voies respiratoires qui les ont perturbés …
  • Une sage femme de confiance qui nous conseille sur les meilleures positions à prendre, qui nous soutient moralement, qui peut nous prescrire de l’homéopathie, un tire-lait, ou encore une crème magique contre les crevasses …
  • Une conseillère en lactation, la Leche Ligue, une Doula, la PMI … Tous les professionnels auxquels on ne pense pas immédiatement, mais qui peuvent nous donner de précieux conseils.
  • Des amis présents juste comme il le faut.
  • Les parents des copains d’école qui nous soulagent d’un ou plusieurs trajets quotidiens.

Toute aide est bonne à prendre, mais surtout il faut oser la demander. Je peux vous assurer que ça fait toute la différence. Il m’a suffit de demander à la puéricultrice de la maternité de m’aider en pleine nuit pour me soulager moralement et ne pas me retrouver perdue avec mon bébé qui pleure dans mes bras.

 

unesourisbleue.fr

 

Les astuces pour mettre en place une lactation efficace

 

Comme je le disais, la première chose à faire c’est de nourrir notre bébé à la demande. Plus il sera contre nous, et plus il tètera dans les premiers jours, plus la lactation se mettra en place efficacement. Il faut également vérifier que bébé prend bien le sein et pas seulement le mamelon afin d’éviter les douleurs et les crevasses. N’oubliez pas tout de même qu’il est normal de ressentir quelques douleurs les premiers jours puisque les mamelons doivent se faire à la succion de bébé.

Pour éviter une confusion sein-tétine, l’idéal est de ne pas proposer de sucette ou de biberon le premier mois (ce que je n’ai pas du tout appliqué !). Ce peut être très prenant pour la maman, mais je peux attester que dans 2 cas sur 4 pour ma part, la confusion s’est installée.

Une bonne position pour maman et bébé sera celle qui vous convient bien à tous les deux. Le principal est de se sentir soutenue sans forcer sur les épaules et le dos. Plus vous serez sereine et détendue, plus votre bébé le sera également.

Allaiter son bébé peut être prenant et fatigant, n’hésitez pas à tirer votre lait pour déléguer. Un bébé peut boire son lait à la pipette, à la cuillère ou encore à la tasse si vous le souhaitez. D’autre part tirer son lait permet également d’entretenir une bonne lactation en plus de la succion de bébé.

 

Mes astuces testées et validées pour éviter les petits couacs

 

Ce qui m’a le plus dérangée dans mes deux derniers allaitements ce sont les crevasses. Mauvaise succion de bébé ou mauvaise position, dans tous les cas il ne faut pas laisser le problème s’installer. La première chose que j’ai faite, c’est d’emmener mon bébé chez l’ostéopathe pour régler le problème « technique ». Ensuite j’ai utilisé une crème que ma sage femme m’a conseillée : Melectis. C’est une crème au miel mais qui est stérilisée donc sans danger pour bébé. J’ai pu soigner mes crevasses en quelques jours seulement. Si les lésions sont trop importantes, utiliser des bouts de sein en silicone peut vous soulager le temps de la cicatrisation.

Lorsque j’ai voulu arrêter mes allaitements, je l’ai souvent fait trop rapidement. Ce qui m’a valu des engorgements. La seule solution naturelle et radicale que j’ai trouvée : utiliser des feuilles de chou. Comme parfum ce n’est pas un régal de senteur, mais je peux vous assurer que ça soulage totalement ! Il suffit de placer une feuille dans chaque bonnet du soutien-gorge et le gaz qu’emet le chou permet au lait d’être exprimé à petite dose : l’engorgement disparaît en quelques jours sans que la lactation ne soit entretenue. Mettez le chou au frigo, les feuilles fraîches vous feront un bien fou 😉

Pour tous les maux et autres petits soucis, il ne faut pas lésiner sur l’homéopathie qui peut s’avérer très efficace sans être un problème pour la santé de bébé.

Enfin, lors de pics de croissance, et même pendant toute la durée de l’allaitement, n’hésitez pas à vous complémenter : en magnésium et en fer sur les conseils de votre médecin, et en fenouil et mélisse sous forme de boisson ou tisane à prendre chaque jour pour booster la lactation.

 

Nous voudrions toutes dire que tout va bien, que notre allaitement est parfait, ce serait idéal pour notre égo de maman. Effectivement, dans une société où l’on est jugée de toute part, montrer que l’on sait nourrir son enfant, c’est montrer que l’on est une maman parfaite !

 

unesourisbleue.fr

 

Or, que ce soit au sein ou au biberon, notre rôle de parent est mis à rude épreuve, d’autant plus qu’à notre époque, on ne transmet plus forcément notre expérience et notre savoir de génération en génération.

Alors, informez vous et entourez vous !

 

unesourisbleue.fr

 

2 thoughts on “Bien démarrer son allaitement

Un petit mot ça fait toujours plaisir :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.