Dancefloor Thérapie d’Elisabeth Brousse

Pour la troisième année j’espère participer au concours E-crire du site AuFéminin.com, j’aime beaucoup cet exercice d’écriture sur des thèmes donnés. En 2013 c’est Elisabeth Brousse qui a remporté le prix littéraire et elle vient donc de faire éditer son premier roman chez Michel Lafon. J’ai eu la chance de remporter ce livre en jouant sur le compte instagram de Au-Féminin et je vous livre aujourd »hui mon avis sur cette lecture.

Qui est Elisabeth

Elisabeth est donc la gagnante du Prix E-crire au Féminin organisé en 2013, elle nous livre aujourd’hui son premier ouvrage issu de sa propre expérience de la maladie. En effet elle fait partie des personnes atteintes d’un cancer, elle nous ouvre donc une porte sur sa vie et la façon dont elle a géré la maladie.

Le pitch :

Avant, j’évoluais dans un carré confortable et ambitieux, entre mes rêves de prince charmant et mon travail à responsabilités. À 31 ans, ça n’est pas facile de tout chambouler, mais j’ai réussi ! Dès que le chirurgien est entré dans ma chambre d’hôpital pour m’annoncer que j’étais atteinte d’un cancer, j’ai mis au point ma stratégie de survie.
Petit a : ignorer son diagnostic. Le déni est mon ami. Je ne suis pas malade. Je n’ai pas peur de mourir. Voilà. Petit b : occuper mon esprit le jour et mon corps la nuit, à coups de rébellion au travail, de musique, de mojitos et de nouveaux amis. Tout est bon pour oublier le can… le problème. Sinon, comment continuer à vivre? J’ai déjà un nom pour ma méthode : la Dancefloor Thérapie.

Ma lecture

Quand j’ai lu le pitch j’ai eu un peu peur de déprimer, cette maladie est tellement présente dans nos vies à l’heure actuelle que je préfère éviter de lire des livres ou regarder des films qui parle de maladies de façon générale … à moins que … ce ne soit abordé avec humour et que ça ne prenne pas toute la place.

J’ai été totalement séduite par le style d’écriture d’Elisabeth, c’est enjoué et plein d’humour comme j’aime, en effet, la maladie est toujours sous-jacente, mais elle ne fait que ponctuer l’histoire. J’ai eu l’impression de retrouver Bridget Jones au fil des pages, gag et bourdes en séries, c’était le plaisir assuré pour le genre de lectrice que je suis.

Elisabeth a choisi de ne rien savoir sur les stades de sa maladie et de se laisser porter par son médecin, elle nous livre alors chapitre après chapitre sa façon de la rendre moins présente : entre autre danser tous les week-end avec ses vampires ! On vit avec elle les montagnes russes des sentiments, on essaie de trouver pour elle le prince charmant et on espère en sa compagnie que, résultats après résultats, la maladie fiche le camp !

Vous l’aurez compris j’ai beaucoup aimé lire ce roman, même si je m’attendais à un style plus « girly » compte tenu de la couverture, mais finalement j’ai largement préféré l’écriture à la photo. Je recommande ce livre aux personnes qui aiment mes personnages adeptes des excentricités et des gaffes en rafales !

Dancefloor thérapie d’Elisabeth Brousse
Editions Michel Lafon
300 pages, 17,95 €
Sortie le 28 janvier 2016

Un petit mot ça fait toujours plaisir :)