La raison de l’amitié #3

Voici la fin de l’aventure de nos héros.


Si vous avez manqué le début c’est d’abord ici puis .

Charlotte et Anne échangèrent un regard interrogateur. Comment était-ce possible … Ils étaient bien tous les trois en voiture au moment du choc ? Mais au fait, quel choc … que s’était-il vraiment passé ?
L’infirmière leur expliqua qu’elles avaient été amenées par hélicoptère dans la nuit à l’hôpital de Châteauroux. Elles étaient toutes les deux inanimées, avec de nombreuses blessures. Aujourd’hui elles étaient toutes les deux hors de danger mais devaient rester en observation quelques temps.
– Mais comment ça toutes les deux ? Et Mike ? S’inquiéta Charlotte. Comment avez-vous su pour l’accident.
– Vous avez été trouvées seules au bord de la route, c’est tout ce que je sais mesdemoiselles.
– Trouvez-nous quelqu’un qui pourra nous expliquer s’il vous plait ! Charlotte était en larme …
– Pour le moment reposez-vous. Je vais voir ce que je peux faire.
Anne se remémora le pacte qu’ils avaient fait tous les trois à l’âge de onze ans.
Ils allaient tout le temps jouer dans la forêt et s’étaient construit une cabane où ils passaient la plupart de leur temps libre. Charlotte aimait y aller seule pour rêvasser comme à son habitude. Anne y avait amené des coussins pour la rendre plus confortable. Et Mike avait apporté des cadenas pour qu’ils ne se fassent pas cambrioler. Leurs caractères étaient déjà bien dessinés, chacun sa tâche, chacun apportait aux autres. Ils étaient complémentaires et inséparables.
Ils savaient qu’ils seraient toujours seuls contre tous, et avaient décidé qu’ils feraient tout pour ne jamais être séparés. Ils décidèrent de mêler leurs sangs et de jurer que rien à part la mort ne pourrait les séparer. Mike avait apporté un des nombreux canifs de son père. Il en avait tellement qu’il s’était dit que celui-ci ne lui manquerait pas beaucoup. Ils fendirent la peau de leur pouce droit chacun leur tour et récitèrent leur pacte sous un ciel noir, éclairés par la douce lumière de la lune.
Depuis ce jour là, ils étaient unis à jamais. Corps et âmes.
Quelqu’un frappa à la porte de leur chambre. Deux hommes sombres entrèrent, le regard éteint.
– Mesdemoiselles, bonjour. Police. Nous venons vous poser des questions sur votre accident.
Anne et Charlotte échangèrent un regard inquiet. Elles voulaient comprendre tout en ayant peur de savoir ce qui s’était passé.
– Justement, entama Anne, nous n’avons pas vraiment de souvenirs, nous espérons que vous allez nous en dire plus !
– Pouvez-vous nous dire qui était au volant de la voiture ?
– Ah donc vous avez bien retrouvé la voiture ! S’exclama Charlotte ! Et Mike ?
– Pour le moment veuillez répondre à ma question ! 
L’homme n’était pas très avenant et n’avait pas vraiment l’air d’avoir l’intention de les rassurer. Etait-il là pour comprendre ou simplement pour boucler au plus vite son enquête ? Anne répondit, voulant en terminer au plus vite avec cet entretien qu’elle pensait sans issu.
– C’était Mike, notre ami, qui conduisait. Nous avons passé la soirée en ville, et comme Charlotte et moi avions un peu trop bu, c’est lui qui a pris le volant.
– C’est bien ce que nous pensions.
– Donc vous savez où est Mike alors !!! Le coupa Anne !
Charlotte se rendit compte qu’elle avait compris depuis le début. Ils savaient tout les uns des autres depuis le pacte. Du moins c’est ce qu’ils voulaient croire. Anne ne voulait pas y penser …
– Nous avons retrouvé votre voiture en bas de la falaise. Vous avez eu beaucoup de chance toutes les deux d’être éjectées. Mais le conducteur dont vous parlez est introuvable.
Le choc … Encore … Comment était-il possible de ne pas retrouver une personne ! Il avait surement était éjecté, comme elles, de la voiture et était rentré chez lui après s’être réveillé seul au milieu de rien ! La rivière ne pouvait tout de même pas balayer une vie de cette façon.
Depuis ce jour, Anne lui avait imaginé une vie à l’étranger, réalisant son rêve de devenir architecte. Elle le revoyait régulièrement en rêve. Charlotte, elle non plus ne l’avait pas oublié, mais elle s’était faite au drame, et pensait simplement à lui avec tendresse, imaginant secrètement qu’il veillait toujours sur elles comme il l’avait toujours fait.
Charlotte pris Anne par le bras et l’emmena vers l’ascenseur. Elle vacillait toutes les deux et allait encore devoir prendre un taxi pour rentrer. Même si n’étaient jamais ivres, elles ne prenaient jamais le volant après une soirée de ce genre.
– Anne je te ramène chez moi, tu as encore bu un verre de trop. Laisse Mike où il est et revient sur terre.
Elles rentrèrent ensemble, comme après chaque vision d’Anne, partageant cette blessure encore bien douloureuse.
Le corps de Mike n’avait jamais refait surface …

6 thoughts on “La raison de l’amitié #3

Un petit mot ça fait toujours plaisir :)