L’angoisse blanche

Une page … Blanche …. L’angoisse … Comment commencer … Quels mots choisir …
Quand on blogue, on passe par des moments plus ou moins productifs au niveau de notre imagination. Personnellement j’écris souvent à l’instinct. Je vous parlais ici de mon inspiration (d’ailleurs n’hésitez pas à cliquer sur le lien en bas de l’article pour voter), qui me vient souvent de petits riens. Finalement je me retrouve souvent à écrire et à publier dans la foulée.

C’est aussi comme ça que je vois mon blog : le côté authentique et passionnel, c’est ce que je veux transmettre. Alors forcément, c’est angoissant … et si un jour je n’avais plus rien à dire …

Cette question, je me la suis posée avant de commencer à écrire. Oui j’ai plein d’idées, mais comment ne pas m’essouffler ? Comment trouver cette inspiration si précieuse aussi régulièrement que je le voudrais ? Comment vous transmettre mes idées, mes sentiments, mes envies, mes coups de cœur, mes coups de gueule, mes conseils … ? Comment vous faire suivre mes aventures sans vous ennuyer ?

C’est le propre du blogueur je crois : avoir envie de tout donner mais avoir tellement peur de ne pas être lu. Non pas que ce soit une course au nombre de lecteurs, mais plutôt une envie irrépressible d’écrire pour partager.
Et puis, maintenant, cela fait 9 mois que j’échange avec vous et que je tente de vous transmettre des émotions. J’ai eu besoin d’une pause, effectivement, on a tous besoin de se remettre en question par moment. Mais finalement, je m’aperçois que plus le temps passe et plus mon imagination est stimulée, plus je trouve des idées. Je me dis que ce n’est pas si mal, je fais travailler mon cerveau au moins 🙂
Mais surtout, je fini par trouver chaque petite chose de la vie intéressante. 
Je profite tout simplement des fleurs que je vois, en les prenant en photo pour de futurs articles. 
Je profite de chaque rire de mes enfants, en me disant que c’est bon cette innocence. 
Je profite de chaque piaillement d’oiseau, bruissement de feuilles dans les arbres, de la douceur de l’herbe sous mes pieds, en me disant combien je voudrai vous transmettre cette sensation par mes mots …
Je profite de la queue interminable en caisse ou de la longue attente chez le médecin pour rêvasser et partir loin.
Ça a du bon de chercher ses mots … Car voilà … Ma page n’est plus blanche … Je vous ai écrit mon angoisse !

2 thoughts on “L’angoisse blanche

  1. Cette angoisse je ne l'ai pas encore. Certainement parce que j'ai presque 50 recettes non publiées !
    Mais en parallèle je tiens à garder une part de spontanéité pour mon BLA BLA de maman…. et comme tu dis, écrire et penser à ce que l'on peut écrire, c'est ouvrir ses yeux sur ce quotidien qui nous entoure, aussi futile et merveilleux soit il !
    Bises

    1. Voilà c'est ça 😉 On s'émerveille de plus de chose je trouve 😉
      Et puis effectivement j'aime garder ce côté spontané d'écrire ce qui me tient à coeur au moment où je le ressens.
      Des bisous !!

Un petit mot ça fait toujours plaisir :)