Potentiel évoqué – Le manège

J’ai décidé de participer au rendez-vous « Potentiel
Evoqué » de Papa Panique : une envie d’écrire autrement de temps en
temps !

#PotentielEvoqué une invitation par PapaPanique  à laisser libre cours à votre imagination.
Sur une photo originale de Crevette d’ODouce.
Réutilisation autorisée uniquement dans le cadre de
#PotentielEvoqué

Joséphine était en train
de trier les vieux cartons de son grenier. Il fallait bien y faire un peu de
place, on n’apercevait même plus la petite fenêtre qui amenait un peu de
lumière dans cette grande pièce sombre et pleine de poussière. D’ailleurs ce n’était
peut être pas plus mal, on ne voyait plus les petites particules scintillantes,
dans les rayons du soleil, qui lui chatouillaient si souvent les sinus !
Il fallait tout de même
faire de la place pour y entreposer les vieux jouets qui ont servis aux enfants
et aux petits enfants … le temps a passé … ils sont bien grands maintenant.
Timéo, le petit dernier de la tribu a sept ans maintenant. Mais elle ne se voit
toujours pas jeter « ses vieilleries » comme ils disent tous. Louise,
Charles et Léandre avaient pourtant été contents de les retrouver, ces jouets,
quand ils amenaient leur progéniture chez mamie.
Tout à coup en poussant
les cartons, Joséphine tomba sur le vieux manège qu’avaient tant aimé ses 3
enfants, tout poussiéreux mais encore bien vaillant. Elle l’alluma, toute tremblotante
… il fonctionnait toujours … Cette musique … Ce tourbillon … Ce merveilleux
souvenir qui lui remonta en mémoire !
ooo
C’était l’été 1952, il
faisait chaud et les longues robes de l’époque n’étaient pas faites pour aider
les femmes à se rafraichir ! Les Jeux Olympiques qui se déroulaient à Helsinki
faisaient beaucoup parler la presse, en pleine guerre froide il s’agissait de
rallier les peuples. Evita Peron quittait ce monde et  les millions d’Argentins qui l’idolâtraient. Mais
tout cela n’intéressait pas Joséphine : elle avait 18 ans, le bel âge, et
elle était amoureuse. Alphonse était « un bon parti », ses parents
avaient réussi et ils avaient une grande maison. Quand la famille de Joséphine
avait su qu’ils se fréquentaient, elle avait tout de suite approuvé bien
évidemment. Il était l’homme parfait.
Début août se déroulait
la fête du village. Les enfants adoraient ce rendez-vous annuel : manège
de chevaux de bois, marchand de glace, feux d’artifice … Du haut de ses 18
ans Joséphine était restée une enfant pour ça.
Elle se rendait à la
fête avec son amie, Anna, mais ne se doutait pas encore de ce qui l’attendait,
seuls ses parents étaient dans la confidence bien sûr.
Joséphine admirait
timidement les chevaux de bois qui tournaient, ils étaient un peu usés mais
toujours aussi magiques pour elle. Alphonse le savait. Alors qu’il s’approchait
d’elle, Jo sursauta lorsqu’il l’étreignit tendrement. Il avait une surprise
pour elle : 2 tickets pour un tour de manège.
–         
Mais tu es fou, nous ne pouvons pas, nous sommes
bien trop vieux pour ce genre de choses.
–   Trop vieux ? Mais à 18 ans si on se fait
plus plaisir, qu’allons-nous devenir. Lui répondit-il ironiquement.
Il la prit par la main
et la fit monter dans le carrosse. C’était le plus pratique pour les amoureux,
c’est ce qu’elle pensa à ce moment là.
–         
Ma chérie, tu es heureuse ?
–         
Oh que oui, merci de m’avoir poussée à le faire,
c’est toujours aussi magique pour moi !
–         
Je voulais dire … heureuse … avec moi ? Lui
demanda Alphonse, timidement.
–         
Mais bien sûr quelle question ! 
Elle le regarda dans les yeux, elle y vit tellement d’émotions qu’elle se mit a pleurer sans savoir
pourquoi … Il s’agenouilla devant elle, dans ce carrosse tourbillonnant, il
avait du mal à la regarder tellement sa tête tournait !
Alphonse mit sa main
dans sa poche et en sorti une minuscule boîte … Joséphine compris sans réaliser
vraiment ce qui se passait. Elle en avait le souffle coupé.
–         
Joséphine, depuis un an, nous sommes les plus
heureux du monde, je voudrais le prouver au monde entier : veux-tu m’épouser ?
Il tomba assis sur le
plancher du carrosse qui s’arrêta de tourner … Tout le monde se mit à rire !
Puis Anna vit la petite boîte dans sa main.
–         
Ils vont se marier !!! Cria-t-elle d’un
coup.
–         
Heu, en fait, Jo n’a pas répondu …
–         
Jo !!!! Alors !!!!
–         
Mais heu … mais … OUI bien sûr !
Hurla-t-elle d’un coup, complètement perdue.
–         
Jeunes gens, vos tickets s’il vous plaît ?
Le tenancier n’avait
rien suivi de l’affaire. Joséphine et Alphonse descendirent du manège, et
rejoignirent leurs amis.
–         
Elle a dit oui !!!
–         
J’ai osé dire oui !!!
Ce fût la plus belle
journée de sa vie. Avant toutes les autres qui suivirent.
ooo
Joséphine repensa
tendrement à cette journée qu’elle n’avait jamais oubliée. Alphonse n’était
déjà plus là, malheureusement.
Anna, elle, faisait
toujours partie de sa vie et elles aimaient à se remémorer leur jeunesse toutes les deux chaque jeudi après midi autour d’un bon thé à la mûre ou à la
framboise.

Joséphine ne s’était
jamais remariée, au désespoir des siens, mais elle n’avait jamais eu l’envie de
passer à autre chose, tout avait été parfait avec Alphonse et elle avait voulu
que ça reste comme ça.

8 thoughts on “Potentiel évoqué – Le manège

Un petit mot ça fait toujours plaisir :)