Soyons positifs

Depuis plusieurs mois je m’intéresse à tout ce qui concerne la psychologie positive, l’éducation positive … De façon générale j’essaie de m’imprégner de tout ce qui pourrait permettre à mes petits oiseaux de finir par quitter le nid avec toutes les armes en main. J’ai donc lu plusieurs livres à ce sujet et voici tout ce que je retiendrai pour notre présent et notre futur.

Tout d’abord nous allons essayer de nous débarrasser de tous les mythes qui ont la vie dure, ça commence dès le berceau « laisse le pleurer ça lui fera les poumons », ou encore à la maternité quand une maman demande à tirer son lait pour son bébé en néo nat et qu’une infirmière lui répond « reposer vous madame on verra ça plus tard » … Mais ça continue encore et encore avec des « on a rien sans rien, « on est doué ou pas », « fait un effort », « la réussite scolaire à un prix » …

Je me suis demandée si je n’allais pas instruire mes loulous à la maison quand j’ai vu les difficultés que Maxence pouvait avoir à s’intégrer à l’école (rien de grave mais ça me faisait mal au cœur chaque matin), et puis je n’ai pas eu le courage de ma lancer, j’avais ensuite deux autres bébés à gérer et j’avais aussi besoin de temps pour moi. Et puis nous avons déménagé et trouvé une école privée très bien pour mes loulous. Aujourd’hui je ne me fais plus de soucis pour eux. En revanche je veux quand même avoir mon rôle à jouer et ne pas laisser totalement mes enfants entre les mains de leurs maîtresses. Je retiendrai donc deux choses :

  • La peur de se tromper et de grandir : cette peur peut souvent empêcher les enfants d’avancer sereinement. Ils ne prennent plus le temps de réfléchir, vont trop vite et ne prennent plus forcément le temps de comprendre avant d’essayer d’interpréter et trouver la bonne réponse. Il faut donc leur donner les clés pour avancer en confiance, essayer de comprendre comment fonctionne leur mémoire (visuelle, auditive, kinesthésique …). De plus, ne dit-on pas régulièrement que c’est en faisant des erreurs que l’on apprend le mieux ?
  • « Le corps n’est pas le taxi de notre cerveau » :  apprendre en restant assis n’est pas le meilleur des moyens de la faire. En ce qui me concerne j’ai une mémoire à court terme, je ne me souviens plus du tout de ce que j’ai appris à l’école, ce qui me reste ce sont les choses que je me suis répétée à longueur de temps, celles que j’ai pu appliquer ou encore celles que j’apprends au quotidien parce que je les ai faites moi même. N’avez-vous pas remarqué que vous vous souvenez d’une route que vous avez empruntée en tant que conducteur mais beaucoup moins de celle que vous avez suivie en tant que passager ?

 

unesourisbleue.fr

Au quotidien je voudrai essayer de faire de même : leur permettre de trouver leur voie et d’assumer leurs propres choix. Tout d’abord en leur apprenant un concept qui me parle au quotidien :  l’empathie. C’est une valeur qui me tient vraiment à cœur et que j’essaie d’appliquer chaque fois que je le peux. Pour moi il est évident que chaque personne à son libre arbitre et que tout le monde à le droit à l’erreur et par conséquent à une seconde chance. Je cherche toujours à essayer de comprendre ce qui a pu pousser une personne à réagir comme l’a fait au lieu de la condamner. Je me considère en aucun cas au dessus du lot, ayant la meilleure façon de faire ou de voir les choses et je ne suis jamais contre une remise en question. Il n’y a que les cons qui ne changent pas d’avis non ?

En femme très organisée, je veux aussi leur apprendre à prioriser et à donner de l’importance à ce qui en a vraiment. On se noie souvent dans un flaque d’eau lorsque plusieurs éléments sont à prendre en compte au même moment ou encore lorsqu’il y a trop de solution à analyser avant de trouver la bonne. Je veux essayer de leur montrer que chaque jour à ses petits bonheurs, que chaque jour à son lot de mauvaises informations, et leur dire qu’il faut garder le meilleur. Mais que malgré tout les mauvais choix ont aussi leur côté positif : ils nous permettent d’avancer et d’apprendre.

Enfin je retiens également une chose que j’appliquerai dans le futur : le conseil de famille. Ceci permet simplement de les traiter comme n’importe quel être humain qui est libre de ses choix. Que ce soit pour élire le futur lieu de nos vacances, ou les règles de la maison, je veux les faire participer à notre quotidien familial, les responsabiliser et leur donner toute leur importance.

Bon … maintenant il ne reste plus qu’à appliquer tout ça !

One thought on “Soyons positifs

Un petit mot ça fait toujours plaisir :)